Lowy by La Wetternoise

-1947- La Wetterenoise ouvre ses portes grâce à un boulanger Viennois nommé Otto Löwy...

 

La Wetterenoise est l'oeuvre d'un homme exceptionnel dont la vie pourrait fournir le scénario d'un film ou la matière d'un roman: Otto Löwy, est né à Vienne le 21 décembre 1918. 

Dès son adolescence, Otto manifeste le désir d'être boulanger.  Fasciné par les prouesses des artisans viennois dont la réputation dépasse les frontières du pays, et après une scolarité classique, Otto suit une formation chez un Maître-boulanger.

otto_lowyDétenteur d'un bagage professionnel hors du commun, il arrive à Bruxelles où il parfait ses connaissances chez différents boulangers. Il travaille parfois pour deux personnes à la fois: 8 heures chez l'une, 8 heures chez l'autre...

Otto s'installe au 46 Place du Vieux Marché aux Grains où il reprend un commerce géré auparavant par des artisans de Wetteren. Fort de son savoir-faire acquis à Vienne, il parvient à tirer le meilleur parti des pauvres récoltes d'après-guerre. Véritable magicien de la boulangerie, il est capable de fabriquer des bons pains à partir de farines de qualité très modeste.

Son talent ne passe pas inaperçu et très vite, Otto se constitue une clientèle de fidèles, dont certains sont encore aujourd'hui des inconditionnels du pain de la famille.

En 1947, Otto reprend la boulangerie Goudailler et invite ses clients à le suivre au 164 chaussée de Wavre, dans sa nouvelle boutique qu'il rebaptise "La Wetterenoise".

La nuit il est aux fourneaux et le jour il livre, ce qui lui laisse peu de temps pour la sieste (il ne dort que 4 heures par jour).

Au début, il utilise pour ses livraisons des charrettes tirées par des chevaux, comme beaucoup de commerçants de cette époque. Assez vite, il échange ses charrettes et ses chevaux contre un triporteur. Plus tard, le succès aidant, il s'offre sa première camionnette.

mme_lowyPoussé par sa nature ambitieuse, il ouvre plusieurs boulangeries et étend ainsi la notoriété de la Wetterenoise à la capitale tout entière. Parallèlement, il devient le fournisseur des plus grands hôtels de Bruxelles.

Le temps passe.

La fille aînée d'Otto entreprend des études de médecine. Le fils aîné apprend le métier de pâtissier (une profession soeur de celle de son père) et se forge rapidement une excellente réputation. Le benjamin, Charly quant à lui, opte pour ... les sciences politiques.

C'est pourtant lui qui, à la disparition d'Otto en 1980, reprend les rennes de l'entreprise. Avec l'aide de Madame Lowy, mère, il s'initie au métier.

Il décide de développer l'affaire en lui assurant une autonomie suffisante par rapport aux clients et en développant sa propre chaîne de boulangeries.

 

Le développement progressif permet à La Wetterenoise dêtre reconnue comme une Grande Maison de Bruxelles.

 

En 1983, deux succursales voient le jour, il sagit de Tabora et dIxelles.  En 1985, cest Monnaie qui se crée.  En même temps que ces nouveaux emplacements se développent la croissanterie, ainsi quune cuisson sur point de vente.

 

Certaines enseignes spécialisées dans le haut de gamme, sélectionnent La Wetterenoise parmi de nombreux  boulangers (la gamme variée rend possible lapprovisionnement de leurs magasins par un seul fournisseur) installant sa renommée. 

 

Ensuite, cest au tour de Delhaize de faire appel à nous, aux fins de commercialiser notre baguette à lancienne dans tous leurs magasins, viendront ensuite d’autres pains et créations.

 

Dès 1999, grâce à cette belle reconnaissance de notre savoir-faire, les volumes de production augmentent et nous sommes à létroit dans les locaux de la chaussée de Wavre. 

 

Lan 2000, déménagement de La Wetterenoise vers de nouveaux locaux rue de Birmingham.  Le nouvel atelier de plus de 4.500 m2 permet daugmenter notre capacité, et de devenir une des premières boulangeries répondant de manière scrupuleuse aux nouvelles normes européennes. 

 

Depuis 2001, première année de pleine activité dans les nouveaux locaux, la croissance se poursuit parallèlement avec lamélioration de la gamme existante et la création de nouveaux produits. La Wetterenoise conforte sa réputation de qualité sur la fourniture de toute une gamme de produits précuits frais destinés tant à ses propres magasins quà la grande distribution avec qui les partenariats sintensifient.

 

Lobjectif fixéà la mise en service du nouvel atelier, à savoir le triplement de la production sest accompli grâce à un outil performant, fruits d’importants investissements consentis avec laide de la Société d’Investissement de la Région de Bruxelles Capitale (S.R.I.B.) devenue partenaire de la société.

 

La Wetterenoise entre ainsi dans le nouveau millénaire comme une boulangerie novatrice offrant à ses clients toutes les garanties de qualité et de sécurité pour ses produits et ses services.

 

Le 7 août 2011, catastrophe, alors que les travaux daménagement dune nouvelle zone logistique et la création dune ligne de congélation rapide allaient sentamer, un incendie dévastateur détruit tout le site de production. En quelques instants, cest toute la capacité de production qui sévanouit, heureusement, sans dégâts humains et sans entamer les principaux atouts de La Wetterenoise, le savoir-faire de ses artisans, sa créativité et son énergie.

 

La nuit même de lincendie, grâce à des fournisseurs exceptionnels et à la générosité de confrères qui nous accueillent dans leurs locaux, nos boulangers motivés se remettent au travail et les clients sont livrés.

 

Après quelques mois de recherche pour trouver où réimplanter l’outil de production répondant aux exigences de lentreprise, notre choix se porte sur un bâtiment où sexerçait déjà une activité agro-alimentaire, dans le zoning du Bempt à Forest.

 

Localisation idéale, proche des grands axes routiers, avec un accès direct vers la ville et facilement accessible en transport en communs, la structure du bâtiment correspond à nos besoins, la conception de latelier peut commencer.

 

Début novembre 2012, notre nouveau site est prêt et conçu pour être très performant. Dans cet atelier ultra moderne destinéà la fabrication artisanale, le boulanger est aidé dans ses tâches pénibles et répétitives par la technologie permettant à son talent et son savoir-faire de sexprimer dans lélaboration de la pâte, le façonnage et la cuisson parfaite des produits.

 

En novembre 2014, nous reprenons la clientèle B2B de la boulangerie Le Vatel, nous intégrons une partie de leur personnel et de leurs équipements, entre autre pour fabriquer cette fameuse baguette d'un mètre (en vérité un peu plus petite...) qui a fait partie de la renommée de cette grande maison bruxelloise. Cette acquisition nous permet de nouer et de développer des partenariats forts avec les grands acteurs de la restauration collective.

 

Décembre 2015, le secteur hospitalier pourra désormais lui aussi profiter de la qualité de nos productions artisanales, nous livrons désormais plusieurs hôpitaux et maisons de soins à Bruxelles.

 

Nous sommes prêts à répondre aux défis que nos clients nous lancerons pour évoluer, plus que jamais, parmi les meilleurs artisans…